wHO's who? l'élection présidentielle à Madagascar en 18 photos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

wHO's who? l'élection présidentielle à Madagascar en 18 photos

Message  billall le Ven 24 Mai 2013, 21:11



24 juillet 2013, premier tour de l'élection Présidentielle. / si elle a lieu. Pourquoi ? Comment? Et surtout, QUI ? Tour d'horizon des principaux acteurs de cette élection, qui doit sortir le pays du régime de Transition en place depuis 2009. Record d'Afrique.
(photo 04/05/2013, Antananarivo, © Bilal Tarabey)

#1




ANDRY NIRINA RAJOELINA.
Candidat. Président de la Transition en place depuis 2009, c'est à dire depuis qu'il a renversé l'ex-président en exil Marc Ravalomanana. CANDIDATURE CONTESTÉE. ANR s'était engagé à ne pas se présenter devant les malgaches et la communauté internationale. Mais surtout, il a déposé sa candidature après le délais légal. ANR a officiellement décidé de se présenter à cause d'une autre candidate controversée, Lalao Ravalomanana.
(photo 13/05/2013, Antananarivo, © Afp photo / Bilal Tarabey)

#2



LALAO RAVALOMANANA
Candidate. Épouse de l'ex-président toujours en exil Marc Ravalomanana. CANDIDATURE CONTESTÉE. Elle même est rentrée d'exil seule en mars dernier. Soit trop tard pour pouvoir se présenter à l'élection. (il faut que les candidats aient résidé six mois à Madagascar avant le premier tour). En outre, Lalao Ravalomanana était censée rentrer s'occuper de sa mère malade et ne pas faire de politique dixit plusieurs accords. Si elle est élue, Andry Rajoelina devrait probablement s'obtenir un billet aller simple pour : loin.
(photo 18/05/2013, Antananarivo. © Bilal Tarabey)

#3



DIDIER RATSIRAKA
Candidat. Dit l'"Amiral Rouge" ou encore "le Chef". Ancien président de la République, 1973 - 1993, et 1997 - 2002. Pas mal d'années, en effet. CANDIDATURE CONTESTÉE. Rentré d'exil en avril dernier, donc trop tard pour se présenter légalement. A été renversé par Marc Ravalomanana en 2002. N'a jamais crû aux élections comme solution pour sortir le pays de la crise, mais plutôt à un dialogue national. Se présente quand même.
(photo 18/04/2013. Ivato. © Bilal Tarabey)


#4



LEONIDAS TEZAPSIDIS
Au centre, cheveux gris et moustache. Ambassadeur de l'Union Européenne à Madagascar, premier bailleur de fonds pour ces élections avec 17 millions d'euros. L'UE est contre les candidatures d'Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka. Illégales toutes les trois. Pourrait retirer son financement à l'élection si ces trois candidats se maintiennent. La France et l'Union Africaine sont sur la même ligne. Les trois candidats crient à l'ingérence.
(photo 8/05/2013, Antananarivo. © Bilal Tarabey)

#5



LE BULLETIN UNIQUE
Ou bulletin unique de vote. Les 41 candidats en photo sur une feuille A3. Avec le mode d'emploi pour le plier dans l'urne. Dévoilé le vendredi 17 mai, ce modèle doit partir à l'impression en Europe le 20 mai. La grande question, c'est : conservera-t-il les noms / photos d'Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka ? LUE doit payer le million d'euro pour l'impression. Dans les premières critiques sur la forme, les noms écrits trop petits. Mais, dans un pays au trois quart analphabète, les gens voteront sur d'autres critères. Comme par exemple, le numéro sur la liste.
(photo 17/05/2013, Antananarivo. © Bilal Tarabey)

#6



LE FFKM
Ou Conseil Oecuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar. A présidé une conférence pour la réconciliation et le dialogue national, en partie initié par l'ancien Président Didier Ratsiraka. Cette conférence s'est tenue fin avril - début mai. Ses conclusions : dissoudre le régime de Transition et reporter les élections. La Communauté internationale en était absente. Le FFKM est une autorité morale respectée dans le pays. A déjà servi de médiateur dans une crise précédente, en 1991.

#7



JOAQUIM CHISSANO
Chef de la délégation de la SADC, Communauté de Développement des Pays d'Afrique Australe. Branche de l'Union Africaine dans la région, médiatrice de la crise malgache. A écrit la Feuille de Route, cadre au gouvernement d'Union Nationale en place depuis 2011. La SADC a tenté plusieurs fois depuis 2009 de faire se réconcilier Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana (en exil en Afrique du Sud), sans succès. A donc insisté pour des élections sans ces deux parties, avant que Marc Ravalomanana ne présente sa femme, et Rajoelina ne se présente lui-même. Depuis, la SADC proteste.... et c'est tout. L'Union Africaine envisage de ne pas reconnaître une victoire du président de la Transition Andry Rajoelina.
(photo 05/05/2013, Ivato. © AFP PHOTO / Bilal Tarabey)

#8



LA COUR ELECTORALE SPECIALE
Ou CES. (bureaux à l'intérieur de la Haute Cour Constitutionelle.)
Sous le feu des critiques croisées nationales et internationales depuis qu'elle a sorti de son chapeau magique la candidature d'Andry Rajoelina, et depuis qu'elle a validé les candidatures de Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka. (En résumé, la CES justifie ces trois décision sur un motif lié à l'apaisement politique). La Cour Electorale Spéciale est censée annoncer le résultat de l'élection présidentielle. De nombreux candidats appellent à sa dissolution et au remplacement de ses membres. Car, en effet, à part le trio magique Rajoelina / Lalao Ravalomanana / Didier Ratsiraka, il y a d'autres candidats.
(photo 03/05/2013, Antananarivo. © Bilal Tarabey


#9



PIERROT RAJAONARIVELO
Ministre des Affaires Etrangères. Candidat du parti MDM. Exilé sept ans sous le régime de Marc Ravalomanana. Revenu au pays à la faveur de la Transition. (les ennemis de mes ennemis sont mes amis). Issu des rangs de l'Arema, parti de Didier Ratsiraka. Haut fonctionnaire de métier. Certaines rumeurs le donnent "candidat de la France", malgré une base électorale difficile à évaluer.
(photo 04/05/2013, Antananarivo. © AFP PHOTO / Bilal Tarabey)

#10



ROLAND RATSIRAKA
Parlementaire. Ancien maire du port de Toamasina (Tamatave). Candidat du parti MTS Neveu de Didier Ratsiraka, mais joue désormais en indépendant. Fondateur de son parti. Donne l'image d'un entrepreneur moderne, spécialisé dans l'agronomie. Opposant des Ravalomanana, Roland Ratsiraka a terminé à la troisième place aux élections présidentielles de 2006.
(photo 04/05/2013. Antananarivo. © AFP PHOTO / Bilal Tarabey)

#11

MONJA ROINDEFO
Premier - Premier Ministre de la Transition au moment du Coup d'Etat de 2009, avant d'être écarté pour une personnalité plus consensuelle. Candidat du Monima, parti fondé par son père Monja Jaona, pour représenter les natifs du sud de Madagascar. Monja Roindefo tire une grande partie de sa popularité grâce à la lutte de son père aux côté des paysans du sud au début des années 1970. Perçu par beaucoup comme un affairiste.Etait à la tête de la manifestation du 7 février 2009, lorsque les gardes du palais Présidentiel ont tiré sur la foule.

(photo 05/05/2013. Antananarivo. © AFP PHOTO / Bilal Tarabey)


#12



DOLIN RASOLOSOA
Président du Conseil Supérieur de la Transition - dit CST, l'équivalent du sénat. Candidat indépendant. Était à la tête des manifestants du 7 février 2009 lui aussi. Général de gendarmerie à la retraite. La candidature de ce cador du régime de Transition, plutôt discret par ailleurs, est une surprise.

(photo 05/05/2013. Antananarivo. © AFP PHOTO / Bilal Tarabey)

#13





ALBERT-CAMILLE VITAL
Premier Ministre sous la Transition (2009 - 2011). Ambassadeur de Madagascar à Genève. Candidat Indépendant. Un des proches d'Andry Rajoelina, qui visiblement se sent un destin national.

(photo 17/05/2013. Antananarivo. © AFP PHOTO / Bilal Tarabey)

#14



EDGARD RAZAFINDRAVAHY
PDS (Maire non-élu) d'Antananarivo. A été désigné candidat officiel du parti d'Andry Rajoelina (TGV), ... avant que ce dernier ne se déclare candidat. Edgard Razafindravahy est toujours dans la liste des candidats, mais de source interne, il aurait décidé de ne pas faire campagne. A regrets. Opérateur économique dans l'agro-alimentaire et les médias. Propriétaire du journal l'Express de Madagascar, entre autres.

(photo 13/05/2013. Antananarivo. © Bilal Tarabey)

#15



BEATRICE ATALLAH
Présidente de la CENI-T, Commission Électorale Nationale Indépendante de la Transition. Chef d'orchestre de cette élection présidentielle : chargée d'en déterminer le calendrier, la logistique, et le contrôle. Poste technique, et politique. Certains l'accusent d'être aux ordres de la Transition. Les autres (logiquement), aux ordres de la communauté internationale.
(photo 17/05/2013. Antananarivo. © Bilal Tarabey)

#16



FATMA SAMOURA
Coordonatrice Générale du Système des Nations-Unies à Madagascar. (rang d'Ambassadeur), et représentante du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) dans la pays. Le PNUD est chargé de rassembler et transformer l'aide financière de la communauté internationale en concret pour les élections. En gros, 50 millions d'euros à gérer. Même si cette diplomate s'exprime rarement sur les aspects politiques de ces élections, personne ne doute qu'elle a son mot à dire.
(photo 19/11/2012. Antananarivo. © Bilal Tarabey)

#17



L'URNE
Parce qu'il faut bien mettre les bulletins quelque part.
(photo 17/05/2013. Antananarivo. © Bilal Tarabey)

#18



MADAGASCAR
Madagascar vit dans une crise politique depuis 2009. Depuis que le président de l'époque, Marc Ravalomanana, a été renversé par le maire d'Antananarivo Andry Rajoelina.
Andry Rajoelina est depuis président de la Transition.
Si Marc Ravalomanana avait finit par excéder la population à force d'autoritarisme, le régime de Transition a réussi à faire de même, en ajoutant des indicateurs économiques dans le rouge plus que vif.
Le pays a été coupé des aides internationales depuis 2009.
Plus de 75% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté.
Même taux pour l’illettrisme.
Démographie galopante - 6 enfants par femme.
Madagascar est aujourd'hui l'une des pires économies d'Afrique.

(photo 04/05/2013, Antananarivo, © Bilal Tarabey)

billall
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum