Objectif : 32 candidats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Objectif : 32 candidats

Message  vallminu le Jeu 23 Mai 2013, 14:15

Objectif : 32 candidats

Et si on pouvait débloquer les financements de la Communauté internationale tout en éliminant les candidats trop gênants du fait de leur fort potentiel électoral ? Le projet couve en ce moment pendant les concertations de plusieurs candidats à la présidentielle.

Sans les 3 candidats, c’est déjà ça

La priorité pour ces candidats est d’éliminer Lalao Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Andry Rajoelina de la course. Ladite réunion sur ce projet dirigée par Ny Rado Rafalimanana.

Les candidats en question comptent effectuer une déclaration commune pour exiger des 3 autres rejetés par la Communauté internationale de se retirer. Il est crucial de lever le blocage des financements des partenaires étrangers, mais surtout d’organiser des élections dont les résultats seront acceptés au niveau international.

Ce groupement de candidats entend faire pression sur le trio remis en cause pour arriver à leurs fins. On évoque notamment une menace de boycott commun des prochaines élections si ce trio continue à s’entêter.

Sans 6 autres candidats, c’est encore mieux

Ny Rado Rafalimanana et consorts ne comptent cependant pas en rester aux cas de Lalao Ravalomanana, de Didier Ratsiraka et de Andry Rajoelina. Roland Ratsiraka, Hajo Andrianainarivelo, Camille Vital, Dolin Rasolosoa, Jean Lahiniriko, Julien Razfimanazato, William Noelson et Alain Tehindrazanarivelo devraient également tomber de la liste qui ne comptera plus que 32 candidats.

Il s’agit des candidats frappés de la sanction de l’Union Africaine pour avoir participé au coup d’État de 2009 et pour en avoir tiré profit au sein du régime de la HAT. En tout cas pour Ny Rado Rafalimanana et consorts, il faut bâtir le pays sur de nouvelles bases et restreindre l’accès au siège de la Magistrature suprême aux candidats souillés aux yeux de la Communauté internationale.

La CES aussi y passera

Par ailleurs, la CES se trouve également dans leur ligne de mire pour avoir pris une décision allant à l’encontre des législations nationales et internationales. On avance le motif habituel, le manque de confiance envers les membres de cette Cour qui ont prouvé qu’ils étaient inaptes à juger de manière impartiale.

Évidemment, ni La CES, ni les 6 candidats concernés par les sanctions de l’Union Africaine, ni le trio rejeté par la communauté internationale ne lâcheront l’affaire aussi facilement. Aussi, devrait-on assister à un bras de fer de plus sur la scène politique autour des élections dont la tenue est de moins en moins certaine.

vallminu
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum